Natixis : Donald Trump ferait fausse route ?

Donald Trump pense que si les emplois au niveau du secteur de l’industrie aux États-Unis se font de plus en plus rares, c’est uniquement à cause de la concurrence déloyale des autres pays, notamment de l’Union européenne, du Mexique, de la Chine et du Canada. D’ailleurs, Natixis n’a pas manqué de le rappeler dans son étude économique. Selon les rapports de cette étude, toutes ces évolutions devraient généralement entrainer un fort recul du poids de la valeur ajoutée industrielle dans le PIB aux États-Unis, une forte dégradation du commerce extérieur industriel des États-Unis et une appréciation réelle du taux de change. Pourtant, ce n’est pas le cas, indique Natixis.

D’autres facteurs peuvent être à l’origine du recul de l’emploi industriel aux États-Unis comme la baisse de la demande de produits industriels dans la demande totale et le progrès technique (les gains de productivité dans l’industrie). Donc, si les États-Unis perdent des parts de marché, ce n’est pas parce que les autres pays exercent une concurrence déloyale, mais c’est surtout à cause de la mauvaise qualité des produits américains.

Selon les explications qu’on trouve dans les rapports de l’étude, le progrès technique et la mauvaise qualité des produits américains sont des explications pertinentes face à la situation. Ce qui nous ramène à la conclusion que les pertes d’emplois industriels aux États-Unis ont des causes domestiques et n’ont rien à voir à la concurrence déloyale des autres pays. Il est donc clair, d’après Natixis, que le Président américain fait fausse route.

Jeudi soir, Donald Trump, fidèle à son « America First » a signé la promulgation de taxes douanières de 10 % sur l’aluminium et de 25 % sur l’acier. Mises en application d’ici 15 jours, ces mesures ont entrainé une levée de boucliers sur le plan international.

Pour justifier sa décision, le président des États-Unis a évoqué le niveau record de 566 milliards de dollars du déficit commercial en 2017.  Mais pour le chef économique de Natixis AM, Philippe Waechter, « ce déficit s’élève à 3 % du PIB depuis des années aux États-Unis, il n’y a rien de dramatique, ni d’urgent à régler ».

La relance américaine est favorisée par la défaillance commerciale

finance natixis Philippe Waechter a

Philippe Waechter

En cherchant à rééquilibrer sa balance commerciale, Donald Trump pense pouvoir améliorer les choses. Mais en réalité, c’est sa politique économique qu’il devrait sérieusement revoir. En effet, c’est justement son mode de fonctionnement au niveau économique qui creuse le déficit. D’après Philippe Waechter, « le plan de relance via des baisses d’impôts et des augmentations de dépenses publiques » dynamise le marché intérieur américain, entraînant ainsi « une augmentation des importations plus rapide que celle des exportations ».

Donald Trump se considère à la tête d’une entreprise

finance natixis Donald Trump

Donald Trump

Vu la situation actuelle et les mesures prises par Donald Trump, on a l’impression que les États-Unis sont gérés comme une entreprise. En effet, si Donald Trump a décidé de taxer les importations d’aluminium et d’acier c’est qu’il espère que son plan de relance tournera uniquement à l’avantage de l’Amérique et non à ses concurrents. En d’autres termes, l’ancien businessman « gère les États-Unis comme une entreprise, en prenant des parts de marché, il pense affaiblir les autres pays »  selon le chef économiste de Natixis AM. Pourtant, « l’économie ne fonctionne pas ainsi, il ne s’agit pas d’un jeu à somme nulle », ajoute-t-il.

D’après les estimations de Philippe Waechter, « les taxes douanières ne vont pas stopper l’envie des Américains de dépenser davantage » compte tenu du contexte actuel de croissance et de relance. Bien au contraire, « ils achèteront un peu plus cher tous les produits qui seront fabriqués avec de l’acier ou de l’aluminium », selon lui. Il faudra alors s’attendre à un risque d’inflation importée.

Le secteur de l’industrie automobile concerné

finance secteur automobile americain

Le chef économiste de Natixis AM a tenu à rappeler que Georges Bush, en décidant de prendre le même type de mesure sur l’acier en 2002, a réussi à sauver quelques emplois du secteur industriel. Cependant, les résultats obtenus n’étaient pas ce à quoi on s’attendait, car « cela avait détruit un nombre bien plus important d’emplois dans toutes les industries en aval comme l’automobile ou l’aviation. Du coup, la mesure avait été très vite retirée ». Et Philippe Waechter a souligné qu’« on est dans la même configuration aujourd’hui, quel dommage que l’histoire ne nous apprenne rien ! ».

Donald Trump devrait alors prendre le temps de réviser sa politique économique, car selon Natixis, il fait totalement fausse route et risque de refaire les mêmes erreurs que celles commises par Georges Bush il y a 16 ans de cela.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...