Les espoirs américains font suites aux espoirs espagnols

  • On patiente jusqu’à mardi pour connaître le résultat de la réunion de la banque fédérale de l’Amérique qui se tiendra à Washington. Elle pourrait aboutir à une publication d’une assistance capitale à la relance de l’économie. En outre, le taux directeur pratiquement à zéro durant ces 3 mois déjà devrait être conservé à ce stade.

    Une agréable nouvelle inattendue à Wall Street, la bourse a été reboostée au moyen d’une annonce pronostiquée de bons résultats d’Oracle, ayant pour effet une prompte évolution; le Dow Jones gagne 0,75% à 12.837 points et le Nasdaq évolue de  1,19% à 2.930 points.

    Encore aux États Unis, Microsoft réalise un cas en publiant la mise en circulation de deux tablettes novatrices durant l’automne.

    L’Europe n’a pas fini de régler ses problèmes internes

    Maintenant venant à l’Europe, la suite des votes de la Grèce se fera par un renouvellement des discussions d’un second programme de sauvetage, les conditions d’application instaurées antérieurement ayant besoin d’actualisation.

    Les espoirs américains font suites aux espoirs espagnols

    François Hollande redéfinit la fonction du FMI; sa mission n’est pas seulement de soutenir l’eurozone, temporairement, il peut être conduit à appuyer un des pays tel que c’est le cas pour la Grèce.

    En ce qui concerne l’Espagne, elle assiste à l’accroissement de ses taux d’emprunt, cela est remarquable au sein d’une émanation de 3 milliards d’euros tandis qu’elle patientait sur les issues de l’audit qui se déroulait sur ses banques, au terme du mois de Juillet, se dirige-t-on déjà en direction d’une nouvelle sollicitation d’assistance?

    Les espoirs américains font suites aux espoirs espagnols

    Les notes données par les agences de notation sont-elles justifiées ?

    Pour les organismes d’annotation, n’étant pas encore su par le grand public, depuis quelques mois à peine, les organisations européennes désirent observer un tour effectué sur les trois importantes agences notamment Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch pour le contrôle des représentants économiques. Leur véritable efficience est remise en question ayant effectué la meilleure notation jusqu’en 2008 des crédits effacés, ceux précisément qui ont immergés l’économie de l’Amérique dans la confusion.

    Le CAC 40 a finit sur une progression de 1,69% (51,73 points) à 3.117,92 points à Paris. Le Footsie britannique a gagné 1,73% et le Dax allemand a pris 1,84%.

    Cet article vous a plu ? Partagez-le !