Hausse des demandeurs d’emploi en France

En fin 2017, le taux de chômage en France a affiché une forte baisse. Malheureusement, il est reparti à la hausse au 1er trimestre de 2018 et touche 8,9 % de la population active en France métropolitaine.

Mercredi dernier, le ministère de l’Emploi et Pôle Emploi ont publié des chiffres qui montrent les tendances du marché du travail en France, autrefois cachées par les évolutions mensuelles très irrégulières de cet indicateur.

Dorénavant, la Direction des études et statistiques du ministère du Travail et Pôle Emploi ont décidé de publier leurs estimations en chiffres tous les trois mois.

D’après ces données, le nombre de demandeurs d’emploi aurait enregistré une légère hausse.

Une hausse assez légère

un chômeur

Après deux trimestres de baisse, le taux de chômage enregistre de nouveau une légère hausse. En effet, les chiffres qu’ont publiés Pôle Emploi et le ministère du Travail ont permis de constater cette hausse par le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité, qui s’est accrue de 0,1 %. Cette hausse concerne le second trimestre de 2018, d’avril en juin.

En une année, cette donnée s’est repliée de 1,3 %, ce qui en fait une hausse de 1,4 % sur 12 mois.

Avec précision, le chômage a enregistré une hausse de 0,1 % en ville et de 0,8 % dans les Outre-mer (hors Mayotte). Ce sont surtout les femmes, les jeunes et les chômeurs de longue date qui sont les plus concernés.

Le ministre du Travail répertorie au second trimestre 4 600 personnes additionnelles dans la classe A des demandeurs d’emploi. Ils étaient au nombre de 3 440 500 sur cet intervalle, et 5 627 900 en rubrique A, B et C. En ville, les jeunes sont la catégorie d’âge la plus impactée.

Le nombre de demandeurs d’emploi inférieur à 25 ans a augmenté de 1,9 %. De même chez les seniors avec une faible hausse de 0,1 %.

Principales causes de cette hausse

le chômage

 

Il existe plusieurs explications à cette hausse du taux de chômage de ce second trimestre 2018. Selon les statistiques, on a pu apercevoir ces derniers mois, l’entrée de plus de 130 000 personnes sur le marché du travail. Ce qui fait une augmentation trimestrielle de 7,1 %, soit 7,2 % des motifs d’inscription à Pôle Emploi.

Malgré les 57 000 emplois qui ont été créés, le taux de chômage a quand même augmenté.

Mais en général, la principale raison d’inscription à Pôle Emploi en France métropolitaine est la fin de contrat qui représente 21,9 %. À cela s’ajoutent les ruptures conventionnelles (6,3 %) ainsi que les licenciements qui ont été estimés à plus de 9 100 d’avril en juin (5,2 %).

Toutefois, une augmentation d’inscription à Pôle Emploi signifie un ralentissement de la reprise économique, après une année exceptionnelle en 2017.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...