Une épargne logement : connaître tous les rouages

Le PEL ou Plan épargne logement est une option recommandée dans le cadre d’un projet immobilier sur le long terme, ou le moyen terme. Les banques considèrent le PEL comme une forme d’apport personnel, que vous approvisionnez au fur et à mesure.

L’épargne : un passage obligé

Il fut un temps où le PEL était écarté par les ménages français ; il revient en force grâce à son système de rémunération progressif. Son taux de 2,5 % s’avère intéressant d’autant plus que cette rémunération est stable : elle n’a pas changé depuis le mois d’août 2003.

Une épargne logement : connaître tous les rouages
De plus, le PEL a l’avantage d’être un placement sûr : les fonds se rentabilisent peu à peu pendant les 4 années où ils sont figés. Bien que le PEL soit de plus en plus lourdement taxé, il demeure parmi les plus acceptables sur le marché.
Les intérêts incluent les déductions sociales, qui sont de l’ordre de 15,5 %. Par contre, l’impôt sur le revenu n’entre pas en jeu. Un investissement en PEL doit durer au minimum 4 ans, et peut être renouvelé annuellement jusqu’à 10 ans.
Au-delà de 10 ans, les droits à prêts sont figés ainsi que la prime d’État, et les nouveaux versements ne sont plus acceptés. Par contre, les placements continuent à générer des intérêts, nonobstant la prime d’État.

Le crédit après le PEL : facultatif

Le PEL est, par définition, une solution de financement d’un achat immobilier. Dans la majorité des cas, vous pouvez jouir d’un crédit immobilier à taux fixe automatiquement, si vous avez adhéré à un Plan d’Épargne Logement ou souscrit un Compte Épargne Logement.

Le PEL se différencie des autres prêts libres par sa réglementation au niveau du montant. Cette réglementation est gérée par l’État, et varie en fonction de la durée de restitution du prêt ainsi que de l’épargne payée.

Il en est de même pour le taux d’intérêt, qui est donc le même appliqué dans toutes les institutions financières. Il demeure fixe et ne peut faire objet de négociations. Le montant du PEL ne doit excéder 92 000 euros, celui d’un CEL est plafonné à 23000 euros. La durée de remboursement peut s’étendre de 2 à 15 ans.

Une épargne logement : connaître tous les rouages

Vous devrez effectuer votre demande de crédit au plus tard un an après le déblocage des fonds du PEL et du CEL. Pour l’obtention de ce prêt, l’emprunteur doit se rendre auprès de la banque qui va valider le crédit principal ou sinon auprès de l’institution dépositaire du PEL ou du CEL.

La banque peut en effet valider ce crédit lorsqu’elle a en sa disposition des documents attestant les droits acquis du PEL ou du CEL souscrit dans une autre institution financière. Les épargnants en PEL sont généralement des personnes prudentes qui se lancent rarement dans des opérations risquées. C’est la raison pour laquelle les chances de les voir demander de l’aide pour surendettement sont très minces.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !