L’Espagne crée l’animation dans les mouvements de l’Europe

En dépit de la volonté de ne pas créer des problèmes et solutionner seule ceux qui se rapportent à sa banque, l’Espagne s’est mise malgré elle au devant de la scène en provoquant la plus grande diminution de l’euro à 1,24$ à partir de 2010.

Le nombre de professionnels qui pense que l’aide européenne ne pourra pas opérer dans la crise que parcourent quelques banques Ibères n’est pas beaucoup.

L’Espagne crée l’animation dans les mouvements de l’Europe

D’un côté, Madrid argumente qu’il lui sera possible de remettre à flot ce compte et de minimiser sa déficience publique à 3% tel qu’il est attendu par les demandes de l’Europe. Arriver à un taux d’environ 9% au terme de l’année 2011 à ce taux en si peu de temps est pour la majorité des assistants un but inaccessible. Cela constitue toutefois l’unique projet sur lequel on a besoin de se cramponner.

Ceci est démontré par le fait que Bruxelles a attribué un an de plus à l’Espagne pour atteindre l’objectif fixé. Tandis que présentement, les marchés ont constaté l’intransigeance des faits, l’éventualité de la constitution d’un programme de redressement efficace, des taux de prêts passant près des 7%, de nombreux capitaux d’immobiliers risqués ainsi que l’unique développement nul européen pour les deux futures années.

Associés aussi bien dans la zone euro que dans la crise…

L’Espagne n’est toutefois pas l’unique pays qui attire l’intérêt, la commission Européenne a également donné des avertissements à Paris jugeant que celle-ci doit effectuer des efforts afin de parvenir au but de diminution de la déficience publique à 3% pour 2013.

L’Espagne crée l’animation dans les mouvements de l’Europe

Au sein de ces situations, on pourra concevoir que ces craintes aient entraîné la diminution de l’ensemble des bourses mercredi, les intentions de faire des montées du précédent mois ne sont pas suffisantes pour pallier à ces suites de nouvelles désastreuses.

Wall Street termine alors sur une diminution totale avec 1,28% à 12.419,86 pour le Dow Jones, 1,17% à 2.837,36 pour le Nasdaq et 1,43%, à 1.313,32 points pour le S&P-500.

En ce qui concerne les bourses de l’Europe, elles régressent ensemble avec 2,24%, à 3.015,58 points pour le CAC 40, 1,74%, pour le Footsie à la city et 1,81% pour le Dax allemand.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !