L’Espagne ainsi que La Grece continuent à être à la une des contrariétés financières

Si l’entrée au pouvoir du nouveau président de la France devait être un choc pour le contrat européen, on a juste observé une petite agitation matérialisée par une opposition atténuée qui n’est pas bien grave entre François Hollande et Angela Merkel.

Effectivement, le désir allemand et français de conciliation pour prendre en compte les réalités économiques et rester dans ce contexte vont certainement arriver à cet état actuel au sein d’un traité Européen de développement.

L’Espagne ainsi que La Grece continuent à être à la une des contrariétés financières

L’Espagne protège ses avoirs

L’Espagne fait un remaniement bancaire insuffisant qui a pour but de dégager les capitaux nuisibles de ses institutions bancaires, sans compter le fait de prévoir un audit de ces derniers qui n’a pas persuadé les marchés. On espère que l’Espagne fera des épargnes complémentaires et pourtant elle est l’unique pays où un développement pour 2013 n’est pas envisageable mais plutôt un recul.

L’Espagne ainsi que La Grece continuent à être à la une des contrariétés financières

La Grèce continue à se démêler avec les soucis financiers

La Grèce aussi donne du fil à retordre, l’éventualité qu’elle quitte la zone euro fige le risque que les dettes obtenues à son encontre puissent ne plus être remboursables rendant ainsi faibles les collaborateurs de l’Europe et déboussolant le système bancaire. Et à supposer qu’elle réussit, cette solution n’est pas forcement à toute épreuve puisqu’elle n’est pas un pays qui fait de l’exportation, la valeur de sa monnaie même reprise aurait pu baissée, ses ravitaillements seront onéreux et ses dettes prendront des coûts plus élevés, aussi quoiqu’il se passe elle est loin d’en terminer avec les causes de bouleversements.

L’Espagne ainsi que La Grece continuent à être à la une des contrariétés financières

Cela est si réel que beaucoup d’organisations financières s’apprêtent dès lors à reoeuvrer avec la drachme Grecque, avec sérénité mais aussi avec étonnement; à partir de quoi seront mesurées les transactions ? On a peur des tromperies.

La sortie de la zone euro pourrait entraîner celle des autres pays. Avec des pays où la monnaie est peu valeureuse en bordure, les évènements prenant un nouveau tournant est probable, nouvelles déconcentrations…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !