Les banques de l’Europe ne sont pas faciles à surveiller

Au terme de cette semaine, le FMI recommande aux nations d’assumer une contribution appuyant les banques et constituer une référence d’association financière ralliant celle déjà présente.

Une entité de contrôle qui ferait commander le gouvernement bancaire et des moyens de garantie paraissent fondamentaux afin de terminer, pour ainsi dire, les dangers constants flottant durant de longs mois au-dessus des banques de l’Europe.

Les banques de l’Europe ne sont pas faciles à surveiller

Plus clairement, il faut maintenant que l’amendement de système bancaire se termine, qui suite à ses cinq ans d’immenses problèmes, ne s’achève pas encore, y inclure les matériels de management de crise tirant parti des acquis découlant de la crise est une obligation ainsi que la reconstitution de la structure de tout le système s’accordant avec les dires de la gérante du FMI.

Donc, la même boucle formée par les crises et les solutions et de nouveau les crises provoque des dégâts qui durent beaucoup trop en Europe.

Les banques de l’Europe ne sont pas faciles à surveiller

L’Europe est en crise mais l’Amérique continue ou maintien sa progression…?

Par delà l’Atlantique, Standard & Poor’s reconfirme maintenant la notation AA+ attribuée aux Etats-Unis par la fiabilité de sa monnaie et le dollar assurant la fonction de monnaie de réserve mondiale. Le seul hic, les aspects perçus par l’organisme sont mauvais et obscurcis par des dangers principalement d’ordre politique et budgétaire, pouvant amener à une nouvelle dégringolade. On se rappelle du choc causé par l’abandon du triple A de l’Amérique en Août 2011.

Les banques de l’Europe ne sont pas faciles à surveiller

Quant aux nouvelles sur l’économie de l’Amérique, les divers indicateurs au terme de cette semaine sont plus acceptables supposant un progrès de la situation.

Ces actualités et la vision d’une Espagne sauvée ont étiré Wall Street en direction de la hauteur.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !