La réalité sur les métaux stratégiques se trouve bien loin des rêves

Les réunions politiques sur la pénurie de certains métaux mettent en avant la possibilité d’utiliser des métaux stratégiques à l’avenir car ils possèdent de grandes qualités. Parmi eux, le gallium, l’indium et l’ytterbium représentent l’espoir alors les conditions de récupération vont être très difficiles.

Une technologie de récupération inexistante

métaux stratégiques

Lorsque des métaux arrivent dans le circuit de récupération, les métaux qui sont présents en grandes quantités, comme l’or, l’argent ou le cuivre sont récupérés mais les autres métaux ne disposent pas de possibilités de collecte. Pouvoir récupérer de très petites quantités de métaux stratégiques est aujourd’hui va peser sur leur prix.

Les idées de traitement de métaux sont en cours d’étude car aucune n’a pu être dégagée à l’heure actuelle. Si un métal est confié à un professionnel, le temps de travail pour récupérer une quantité infime de métaux stratégiques va être un frein au développement de cette pratique. Seul le procédé hydrométallurgique est prometteur.

Des bourses inexistantes

métaux stratégiques

Penser à ces métaux est une réflexion très intéressante mais aucun d’entre eux n’est côté en bourse. Avant de pouvoir parvenir à remplacer les métaux actuels par des métaux stratégiques, il faut s’assurer qu’ils aient le potentiel nécessaire pour peser réellement. Sans un prix dans le domaine de la bourse, ces métaux ne pourront pas venir remplacer les métaux actuels et notamment ceux qui sont voués à disparaître.

Pour pouvoir entrer en bourses, il va falloir être en mesure de créer des stocks suffisants dans ces métaux stratégiques. Les cartes électroniques ou chips dans les ampoules LED ne sont pas suffisantes pour pouvoir constituer une réserve suffisante pour amener des investisseurs à se positionner dessus. Les métaux stratégiques restent donc aujourd’hui un projet intéressant mais qui n’est pas encore réel.

Site pour suivre les prix des métaux : http://www.metaux.info/

Cet article vous a plu ? Partagez-le !