Pourquoi faut-il faire appel à un courtier en prêt immobilier ?

Depuis quelques mois les emprunteurs rencontrent de réelles difficultés lorsqu’ils s’adressent à leur banque pour négocier un prêt immobilier. Les services chargés d’analyser les dossiers se montrent en effet intraitables dans leur diagnostic final et font preuve de plus en plus d’exigences envers les emprunteurs.

Pourquoi faut-il faire appel à un courtier en prêt immobilier ?

Les banques ne prennent plus de risques

Alors qu’il y a encore peu de temps, les banques acceptaient facilement de financer l’intégralité de l’acquisition y compris les frais annexes, ces dernières ont nettement durci leurs critères d’acceptation et demandent aujourd’hui que l’emprunteur finance lui-même les frais de notaire. Cette exigence pose évidemment de nombreux problèmes aux primo-accédants qui ne peuvent plus bénéficier du PTZ lorsqu’ils achètent une résidence principale dans l’ancien.

En effet, la Loi de finances 2012 a restreint l’accès au prêt à taux zéro au neuf. Rappelons que ce prêt sans intérêt est comptabilisée dans le calcul de l’apport personnel par la plupart des banques.

D’autre part, il est de plus en plus difficile pour un emprunteur de faire accepter un dossier avec un niveau d’endettement supérieur à un tiers des revenus.

Pourquoi faut-il faire appel à un courtier en prêt immobilier ?

Bénéficier de l’expertise d’un courtier en crédit

Face à cette nouvelle donne, les emprunteurs peuvent s’adresser aux courtiers en crédits immobiliers qui en tant qu’intermédiaires en opérations bancaires permettent de mettre en concurrence l’ensemble du réseau bancaire. Toutefois, il est conseillé de comparer les services de plusieurs cabinets de courtage avant de déposer sa demande.

Pourquoi faut-il faire appel à un courtier en prêt immobilier ?

En effet, si certains courtiers sont gratuits et se contentent de percevoir la rémunération bancaire, d’autres n’hésitent pas à demander à l’emprunteur des frais supplémentaires sous forme d’honoraires qui peuvent atteindre parfois 2000 euros.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !