L’application d’achat numérique JOOM cible la France face à Amazon

La concurrence sur le marché de l’e-commerce se renforce chaque année, avec l’arrivée de nouveaux acteurs qui souhaitent bousculer l’ordre établi.

C’est par exemple le cas de la plateforme JOOM, qui recrute des marques françaises pour renforcer sa liste de marchands sur un marché qu’elle considère comme essentiel pour casser l’Europe et affronter Amazon.

L’application de shopping mobile vend des produits chinois à des prix avantageux directement aux acheteurs.

Marché européen cible

L’application de shopping mobile

Lancée en 2016, la société basée en Russie propose actuellement quelque 10 millions de produits principalement chinois, allant des téléphones cellulaires aux chaussures de sport. Le site cible principalement les clients Européens, mais livre ses marchandises dans le monde entier.

Malgré sa relative jeunesse, la société vise un chiffre d’affaires global de 1 milliard de dollars US dès cette année. C’est ce que son PDG a déclaré à Reuters en janvier : ils étaient déjà sur le point de franchir cette barre symbolique. Néanmoins, pour une enseigne qui veut concurrencer Amazon, JOOM affiche pour le moment des revenus à des années-lumières de ceux de la firme dirigée par Jeff Bezos.

JOOM, qui propose déjà 10 000 produits en provenance de France, considère la maison de la haute couture comme un terrain d’essai pour l’accroissement des ventes d’articles de plus grande valeur fabriqués en dehors de la Chine, les consommateurs français étant parmi les plus actifs en Europe.

« La prochaine étape consistera à aider les marchands français à vendre leurs produits en Europe », a déclaré à Reuters le PDG et cofondateur de la société, Ilya Shirokov. « Ensuite, nous viserons les marchands d’autres pays européens. »

De la publicité

De la publicité

« Si nous réussissons en France, nous réussirons en Europe. ». L’ambition à long terme de JOOM est de devenir le deuxième choix en France et en Europe après Amazon.

A l’instar de rivaux tels que Wish et AliExpress, société américaine appartenant à la société chinoise Alibaba, JOOM maintient les prix bas en important des articles sans marque en provenance de fabricants chinois et en les envoyant directement à l’entrée d’un acheteur en ligne.

Il est présent en France depuis 2017 et constitue désormais le plus grand marché d’Europe. Le continent représente 50 % du GMV mondial de JOOM et la Russie 45 %. Quelque 4 000 nouveaux utilisateurs installent l’application en France chaque jour.

Le recrutement de marchands français permettra une livraison plus rapide aux clients, tandis que les produits français ajouteront de la valeur au catalogue de la plateforme.

«Les consommateurs français veulent acheter des articles de marque qui sont stockés localement ou dans des pays voisins. Je pense que la vente de produits français dépassera celle des produits chinois d’ici un an », a encore déclaré Shirokov.

Grand fournisseur de réseau social

Ilya Shirokov

Ilya Shirokov

Ce dernier, âgé actuellement de 37 ans, a cofondé le premier réseau social russe « Moi Krug » en 2005 pour ensuite le vendre au moteur de recherche russe Xandex. Il a déclaré que son application offre un environnement de réseau social dans lequel les marques peuvent également promouvoir leurs produits via des blogueurs.

« Tout ce que je touche se transforme en réseau social. C’est mon karma », a-t-il ironisé.

Shirokov, avant son introduction en bourse, dirigeait les réseaux sociaux chez Mail.ru Group. Avec un partenaire, il a fondé JOOM grâce à l’argent qu’il y a gagné. Il a ajouté que la société avait été approchée par des acteurs mondiaux du marché.

L’année dernière, 92,6 milliards d’euros ont été dépensés en ligne par les consommateurs français. D’après les déclarations de la Fevad, la fédération d’e-commerce, cette somme représente une hausse de 13,4 % par rapport à l’année précédente.

Avec une augmentation de 20 % par an, les ventes de téléphones mobiles ou de Smartphones représentent 25 % du total des ventes.

La société JOOM a des bureaux à Riga et Moscou, San Francisco, Shenzen et un centre logistique à Hong Kong.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...
Praesent Aenean adipiscing commodo elit. mattis efficitur. quis, amet, neque. massa