Prêt immobilier : les conditions durcies en 2021

Le marché immobilier ne connait pas la crise pour le moment ! Depuis la crise financière de 2008, le marché immobilier dans de nombreux pays dans le monde connaît des prix qui évoluent parfois de façon impressionnante ! La crise du Covid a eu un impact immédiat sur les marchés boursiers, mais contrairement aux attentes, le marché immobilier en France connaît lui aussi une hausse importante.

Ces hausses s’expliquent entre autres par les confinements, les besoins des ménages d’espaces plus grands et donc plus un produit est rare, plus il devient cher. Toute la question est de savoir s’il est toujours possible d’obtenir un prêt immobilier pour acquérir un bien immobilier.

Le rapport mensualité / revenus

Les banquiers et courtiers ont des logiciels où ils rentrent vos données et ces logiciels sont en mesure de déterminer rapidement si votre dossier peut passer ou non. Une condition clé pour l’obtention d’un prêt immobilier est le rapport mensualité / revenus.

Il y a une notion très connue, qui dit qu’il ne faut pas que la mensualité du prêt immobilier dépasse le tiers des revenus. Cette notion est difficilement applicable pour un couple avec enfants qui vit avec un seul salaire au SMIC, en revanche, un couple sans enfants qui gagne plus de 15 000 euros par mois pourra parfois dépasser ce seuil de 33% ou 35% selon les banques. Cependant, depuis la crise de l’année 2020, les banques sont devenues plus attentives à ce point pour éviter de prendre un dossier à risque.

La durée du crédit

Auparavant, quand les revenus étaient faibles et que le coût du projet plus ou moins élevé par rapport aux revenus, il était plus ou moins facile selon les courtiers ou les banques de trouver des organismes disposés à accepter un échéancier de paiement qui s’étalait sur 30 ans ou même 35 ans, autrement dit une bonne partie de sa vie !

Désormais, les risques sont plus importants et il sera très difficile de trouver un organisme qui accepterait d’émettre une offre de prêt qui s’étale sur plus de 25 ans.

L’apport

Avant la crise du Covid, boucler une opération immobilière sans mettre le moindre apport sur le bien était une chose très commune. Certains, réussissaient même à obtenir des financements à « 110% » ce qui correspond au prix du bien + l’ensemble des frais d’acquisition, qui dans l’ancien représentent plus ou moins 8%.

Désormais, les banques et organismes de courtage étudient les dossiers de demande de prêt immobilier à partir du moment où le client est disposé à investir 10 à 20% du montant total de l’opération, à partir de ses deniers personnels.

Selon la ville où on projette d’acquérir un bien, ces 10 ou 20% peuvent représenter une somme assez importante.

Sur quels leviers agir ?

Dans ces conditions, une partie de la population qui pouvait encore accéder facilement au prêt immobilier se retrouve dans l’impossibilité de saisir des opportunités en ce moment. Il y a heureusement d’autres leviers sur lesquels il est possible d’agir pour tenter d’obtenir un prêt si le dossier ne coche pas toutes les bonnes cases. Quelques pistes : avoir des comptes gérés correctement (sans découvert et sans dépense superflue), tenter d’obtenir une assurance de prêt moins chère, obtenir un crédit avec un taux réduit, etc.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.